Archives de 22 octobre 2014

New witness testimony, radio links, site access as team seeks to establish what happened to MH17. Locals speak of a horror and shock. Some of a second plane; experts of 30mm cannon bulletholes. Will the truth of MH17 ever be revealed?

00000000000000000000000000000

Les policiers et les paramédics sont venus en... (Adrian Wyld, La Presse Canadienne)

Les policiers et les paramédics sont venus en aide à une personne blessée au Monument commémoratif de guerre, à l’angle des rues Elgin et Wellington.

Adrian Wyld, La Presse Canadienne

———————————-

Louis-Denis Ebacher, Patrick Duquette, Paul Gaboury, Jonathan Blouin, Mathieu Bélanger, Guillaume St-Pierre
Le Droit

La situation de crise se poursuit à Ottawa. Des dizaines de coups de feu ont été tirés en matinée lors de deux fusillades distinctes: l’une au Monument commémoratif de Guerre, à l’angle des rues Elgin et Wellington, et l’autre au Parlement.

Attentat au Parlement: premiers éléments sur le suspect abattu

Le sergent d’armes Kevin Vickers a présumément abattu l’un des tireurs, au Parlement.

Pawel Dwulit, La Presse Canadienne

Un soldat des Forces armées canadiennes en uniforme est mort, après avoir été atteint par balles au Cénotaphe.

Selon le Globe and Mail, il s’agirait de Nathan Frank Cirillo, âgé de 24 ans, qui était membre de la garnison des Argyll & Sutherland Highlanders du Canada, des réservistes basés à Hamilton. Des membres du régiment faisaient depuis quelques jours leur tour de garde au monument historique à Ottawa.

La famille n’était pas en mesure de confirmer cette information. «Nous ne pouvons rien confirmer, les Forces armées sont présentement chez nous», a déclaré un membre de sa famille rejoint par La Presse.

L’un des suspects a été abattu par les services de sécurité du Parlement, vraisemblablement par le sergent d’armes Michael Vickers.

Selon le réseau américain CBS, qui cite des sources des autorités américaines, le nom du suspect abattu serait Michael Zehaf-Bibeau, un Montréalais né au Canada en 1982.

Un nombre indéterminé de suspects serait possiblement toujours au large.

Des sources hospitalières de l’Hôpital Civic ont confirmé que trois autres personnes ont été blessées, dont une par balles. Ils sont tous dans un état stable et leur vie n’est pas en danger.

Contrairement à ce qui a été annoncé plus tôt, il n’y a eu que deux fusillades, mercredi. Aucune fusillade n’a eu lieu à l’intérieur du Centre Rideau.

En conférence de presse, en après-midi, les forces de l’ordre n’ont divulgué aucune information concernant les suspects, ainsi que la ou les armes utilisées dans la fusillade.

Le niveau de sécurité sur la colline du parlement était au niveau «moyen» ce matin, comme c’est le cas depuis plusieurs mois.

Toutes les bases militaires au pays ont cependant été fermées aux visiteurs et les membres des Forces armées canadiennes ont reçu l’ordre de ne plus sortir en public en uniforme, à moins qu’ils ne soient en fonction.

source: http://www.lapresse.ca/le-droit/actualites/justice-et-faits-divers/201410/22/01-4811541-attentat-au-parlement-premiers-elements-sur-le-suspect-abattu.php

000000000000000000000000

Air Combat Command’s Gen. Mike Hostage talks about 5th gen. combat aircraft

Publié: 22 octobre 2014 dans ARMEMENT, Informations générales
Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Global News

TORONTO – Parts of Ottawa were still under lockdown Wednesday afternoon after a soldier was shot while guarding the War Memorial near Parliament Hill.

WATCH: Raw video – Ottawa in chaos
[tp_video id=1629391]

The events started at 9:52 a.m. when police received « numerous calls » about a shooting at the War Memorial. Witnesses reported seeing the gunman get into a car and head toward the Parliament Buildings.

READ MORE:No plans to arm guards at Queen’s Park after Ottawa shooting

Soon afterwards, police descended on the area, closing off many streets. Traffic cameras showed empty streets leading up the immediate area.

GALLERY: The Ottawa shooting

In front of Parliament, it was another story. Dozens of police cars were seen, shouts of armed officers to media and those in the area rang out. The whole event took place in a radius of less than a kilometre.

Then, around 9:55 a.m., a journalist

Voir l’article original 24 mots de plus

Looking for the Blessed Hope

A Canadian soldier shot and killed a masked terrorist on a rampage at the Canadian Parliament complex in Ottawa Canada.  The city is currently in lock-down and the hunt is on for additional shooters.  It is not known whether or not all the shootings are related.

The US embassy is also on lock-down.

The story is developing….

Please pray for the families of the dead and wounded, and pray God’s wisdom for leaders and law enforcement officials in Canada.

Voir l’article original

Global News

QUEBEC CITY — Children on a school excursion to the National Assembly were turned away, as Sûreté du Québec (SQ) officers took positions on each side of the building, limiting circulation and blocking access to entrances and exits.

Meanwhile, inside the province’s legislative buildings, Premier Philippe Couillard insisted it would be business as usual.

« Our democratic society will not buckle before such blind acts of violence, » said the Premier.

Question Period was held as scheduled.

« It’s fundamental for us to go on with what we have to do. » 

« You don’t have to obey to threats or things like that, » added Municipal Affairs Minister Pierre Moreau.

READ MOREAdditional security measures in Quebec following Ottawa shootings

The Ottawa shootings come just 48 hours after 25-year-old Martin Rouleau hit and killed a soldier in St-Jean-sur-Richelieu.

However, Public Security Minister Lise Thériault was careful about linking the two events.

READ MORE: Canadian…

Voir l’article original 128 mots de plus

Global News

TORONTO – There are extra police at the Ontario legislature and officials will carry out a routine review of security measures at Queen’s Park in the wake of multiple shootings in Ottawa on Wednesday. However, there’s currently no intentions among Ontario’s leaders to arm security guards at Queen’s Park.

Dennis Clark, the Sergeant-at-Arms of the Ontario Legislature, said the province has a memorandum of understanding with the Toronto Police that allow for increased security whenever necessary.

“Anytime a similar situation happens like that, it goes immediately into effect, they add extra patrols and we work with them in concert with whatever the issue is,” Clark, a former RCMP officer said. “We have a fully seamless security service here that are well-trained and, like I said, we work in concert with Toronto Police.”

READ MORE: One suspect dead after soldier shot in attack on Parliament Hill

A member of the Canadian…

Voir l’article original 401 mots de plus

Global News

TORONTO — The extensive media coverage of Wednesday’s events in Ottawa and the flood of details and images on social media may cause some children to have feelings of fear or anxiety.

According to the U.S.-based National Association of School Psychologists (NASP), children take emotional cues from the adults in their lives so it’s important to appear calm and in control.

The organization advises adults to reassure children they — and the people they care about — are safe.

NASP also recommends adults tell children it is okay to feel upset.

« Tell children the truth, » the organization advises in a guide posted online. « Don’t embellish or speculate about what has happened.

« Be careful not to stereotype people or countries that might be associated with the tragedy. Children can easily generalize negative statements and develop prejudice. Talk about tolerance and justice versus vengeance. »

The advice for parents includes what, perhaps…

Voir l’article original 179 mots de plus

Global News

The mother of a Calgary man who died fighting for Isis in Syria is reacting to the violence in Ottawa today and the terrorist attack in Quebec Monday.

Chris Boudreau’s 22-year-old son Damian Clairmont converted to Islam and travelled to Syria in 2012.

He was killed in the on-going fighting there earlier this year.

Clairmont’s death prompted his mother to begin lobbying for support and protection for Canadians from home grown terrorists.

She says the danger has now reached a boiling point.

While the motive behind today’s attack on Parliament Hill is still not clear, the violence is very concerning.

« We shouldn’t have to live in fear like this, » said Chris Boudreau.

« We should feel comfortable that we can live a peaceful life and looks what is happening and what is spiraling out of control, » she said.

« It makes me feel really uncomfortable. I don’t feel confident right now that…

Voir l’article original 46 mots de plus

L'actualité française et internationale par la rédaction d'Europe 1 - Politique, culture, faits divers, économie, médias.

Fusillade au Canada : « c’était l’affolement général »

Publié à 19h19, le 22 octobre 2014, Modifié à 19h43, le 22 octobre 2014

Fusillade au Canada : "c'était l'affolement général"
© Capture d’écran Radio Canada

TÉMOIGNAGE E1 – Frédéric Leturque, le maire d’Arras, raconte comment il a échappé de peu à la fusillade du Parlement d’Ottawa, qui a fait un mort.

A dix minutes près, il se serait retrouvé en pleine fusillade. Frédéric Leturque, le maire d’Arras, qui avait rendez-vous mercredi avec le président du Sénat canadien, arrivait au Parlement quand une fusillade a éclaté à l’intérieur. Au moins trois hommes armés ont ouvert le feu, en trois endroits distincts de la capitale fédérale d’Ottawa : le Parlement, le monument aux morts et le centre commercial.

>> LIRE AUSSI – Canada : plusieurs tireurs font feu dans Ottawa

« La voiture des auteurs était juste à côté ». Frédéric Leturque raconte comment il a échappé de peu à la fusillade. « Si le rendez-vous n’avait pas été décalé de dix minutes, on aurait été dans l’entrée au moment des faits. En fait, on a appris en arrivant aux portes du Parlement qu’un problème se passait. A priori, la voiture des auteurs était juste à côté de nous », a confié l’élu sur Europe 1.

Écoutez Frédéric Leturque :


Selon différents témoignages, les tireurs ont d’abord fait feu sur l’un des deux agents stationnés devant le monument aux morts, avant de s’emparer, sous la menace, d’un véhicule officiel. Là, ils ont pu s’approcher jusqu’aux portes du Parlement, un périmètre uniquement réservé aux véhicules autorisés et de police. Ils se seraient ensuite rués à l’intérieur du bâtiment central où siègent les députés et sénateurs. Peu après, une forte détonation a été entendue, aussitôt suivie d’un tir nourri des policiers.

« On est bloqué dans l’hôtel ». « On a surtout vu des gens fuir le Parlement. Une série de policiers qui nous demandaient d’évacuer les lieux. C’était l’affolement général. On voyait des policiers qui arrivaient de partout. La personne du protocole qui nous attendait est blessée. Elle a reçu un coup de feu. C’est assez choquant. On est actuellement dans un hôtel où des personnes du Parlement se sont réfugiées. Elles sont choquées, en pleurs. On est bloqué dans l’hôtel, les tireurs d’élite essaient de bloquer les auteurs », témoigne encore le maire d’Arras. Un des tireurs a été abattu par les forces canadiennes. Les autres se trouveraient sur le toit du Parlement selon la police.

http://www.europe1.fr/international/fusillade-au-canada-c-etait-l-affolement-general-2267695

0000000000000000000000000000000000

Fusillade à Ottawa: trois morts dont deux tireurs (médias)

Fusillade à Ottawa: trois morts dont deux tireurs

20:39 22/10/2014
WASHINGTON, 22 octobre – RIA Novosti

Plusieurs dizaines de coups de feu ont été tirés mercredi au centre de la ville canadienne d’Ottawa, faisant trois morts dont deux tireurs, rapportent les médias internationaux.

Selon la police locale, trois fusillades différentes ont eu lieu: au Monument aux morts (cénotaphe), à l’hôtel du parlement et près du Centre d’achat Rideau.

Selon le New York Times, un homme armé a tué un soldat qui montait la garde au cénotaphe, avant de pénétrer dans l’enceinte du parlement. Le premier ministre canadien Stephen Harper a été évacué.

Un parlementaire canadien, Bernard Trottier, a plus tard annoncé sur Twitter qu’un tireur a été tué par la police à l’intérieur du parlement.
Selon le Globe&Mail, un second homme armé aurait été tué peu de temps après.

La police parle de plusieurs attaquants. Les habitants du centre d’Ottawa ont reçu l’ordre de se confiner dans les bâtiments.

http://fr.ria.ru/world/20141022/202787272.html

0000000000000000000000000

Get Breaking News First

Receive News, Politics, and Entertainment Headlines Each Morning.

OTTAWA, Ontario (CBS News/CBSDC/AP) — A soldier standing guard at Canada’s National War Memorial in Ottawa has been shot by an unknown gunman, who was later killed in a shootout inside the Parliament building, police say.

Witnesses said the gunman was carrying a rifle, and described dozens of shots ringing out in the Parliament building.

The Parliament itself remains on lockdown. Royal Canadian Mounted Police warned people in downtown Ottawa to stay away from windows and rooftops.

The U.S. Embassy in Ottawa is on lockdown.

http://washington.cbslocal.com/2014/10/22/report-norad-increases-alert-posture-following-canadian-parliament-shooting/

0000000000000000000

 

 

Passeurs d'hospitalités

L’augmentation graduelle du nombre d’exilés présents à Calais depuis un peu plus d’un an n’a tout d’abord pas suscité de réaction particulière des pouvoirs publics, à part des expulsions de squats et de campements qu’on pourrait presque qualifier de routine dans le climat de violence qui règne à Calais (comme le squat des Érythréens le , et le campement des Soudanais le 11 avril 2014). Cette période a aussi été pour les nouveaux arrivants celle de la prise de risque pouvant conduire à la mort (voir ici ou ). Les interpellations des associations restent sans réponse.

Les expulsions de campements le 28 mai (voir ici et ), puis de campement et de squats le 2 juillet (voir ici,ici et ), avaient donné une mauvaise image de l’État à la fois par leur brutalité, mais aussi par l’impression qu’elles donnaient d’improvisation et d’absurdité, comme une répétition vaine…

Voir l’article original 227 mots de plus

AH5017 : CAFOUILLAGES, MENSONGES ET FARIBOLES (Maurice D.)


Le 24 juillet peu après minuit le vol régulier Ouagadougou-Alger AH5017 décolle.

The route between Ouagadougou, Burkina Faso and Algiers, Algeria

Il disparaît moins d’une heure plus tard.

VOIR plus de photos: http://www.mirror.co.uk/news/world-news/missing-air-algerie-flight-ah5017-3906332

Dès le commencement de cette triste histoire, des incohérences et des mensonges apparaissent.

« Le vol 5017 Air Algérie affrété auprès de la compagnie espagnole Swiftair décolle le 24 juillet 2014 à 0 h 45 (heure locale) de l’aéroport international de Ouagadougou à destination de l’aéroport Houari Boumediene d’Alger avec 116 personnes à son bord 3,4 » écrit Wikipédia que je tiendrai pour la version officielle « stabilisée » puisque l’article a été écrit fin septembre.

En réalité, il n’est pas parti à 0 h 45 mais à 1 h 17 (source aéroport Ouagadougou).

Pourquoi cette demi-heure de retard, on ne sait pas, bien que le récit officiel dise que c’est en raison d’une importante masse orageuse au Nord de Ouagadougou. Mais elle est toujours présente quand l’avion décolle, ce n’est donc pas la vraie raison, d’autant que dans ce cas les avions contournent les orages, ce qu’a fait AH5017.

À Ouagadougou, on dit qu’Air Algérie a demandé que l’on attende un petit groupe de VIP, mais il n’y a pas eu de confirmation officielle.

COMBIEN DE PASSAGERS ? 111 ? 114 ? 116 ? 117 ? 118 ? 126 ?

« 116 personnes à son bord » affirme Wikipédia, mais dans les premiers jours c’est une vraie cacophonie : les autorités du Burkina donnent 108 passagers (pax) + 6 équipages = 114, Air Algérie 111 pax + 6 équipages = 117, Jeune Afrique a trouvé 119 pax + 7 équipages = 126, l’Elysée a donné une fois 116, puis 118.

Même imprécision sur les effectifs des trois nationalités les plus représentées : Français 51, chiffre donné par Laurent Fabius, 53 ? 54 ou 55 ? chiffres donnés par le Burkina et l’Algérie, Burkinabés 24 ou 26 ? Libanais 6 ? 8 ? 16 ou 20 comme l’ont affirmé les autorités libanaises ?

 

(un message d’erreur va apparaître… cliquez sur « you tube » pour voir apparaître la video)

Je pense que la liste publiée par l’aéroport d Ouagadougou, qui me l’a communiquée très vite et sans difficulté, est la meilleure. Il est tout de même le mieux placé pour savoir qui est, ou non, monté à bord, à moins que des instructions aient été données pour dissimuler la présence à bord de certaines personnes et leur identité. 116 passagers dont 54 Français.

Il se dit en effet, et plusieurs sources sont formelles, qu’il y avait à bord trois « responsables du Hamas » ayant des passeports d’hommes d’affaires libanais (en réalité un trésorier du Hezbollah, son secrétaire et son garde du corps) et trois agents du renseignement extérieur français.
Une rumeur a prétendu qu’il y avait aussi 33 militaires français, mais elle ne tient pas la route, à moins qu’ils n’aient pas été enregistrés.

Où allaient-ils ? Toujours selon l’aéroport de Ouagadougou qui m’a communiqué la liste « par destination finale », aucun n’allait à Alger, tous poursuivaient vers la France pour le plus grand nombre, Paris, Lyon, Marseille et Toulouse, le Liban ensuite, le Canada, etc.

À peine arrivé à son altitude de croisière, la vitesse du DC9 ralentit. Pourquoi ? On ne le sait pas ou on ne le dit pas (bien que la boite « noire » FDR qui enregistre les paramètres techniques soit intacte). Puis, quelques kilomètres après avoir franchi la frontière, il demande à faire demi tour (dernier contact radio avec Ouagadougou) mais on ne sait pas ou et on ne dit pas pourquoi. Il paraît que la boite CVR qui enregistre les conversations à été « abîmée » et que la bande magnétique a été « froissée et cassée », puis « réparée », mais « reste inexploitable » quand même parce que la boite était en panne « avant » affirme le directeur du BEA Rémy Jouty. Puis on nous dit qu’il faudra des semaines, voire des mois pour la rendre lisible : encore un cafouillage dans l’info.

Il faut savoir que les conclusions du BEA confirment quasiment toujours les motifs officiels donnés à un crash et ne reflètent que partiellement les explications fournies par les enquêteurs techniciens. Le crash du dernier Concorde à Gonesse en 2000 en est le meilleur exemple avec l’histoire rocambolesque de la pièce métallique perdue sur la piste par un vol précédent.
En  fait, il ne fallait pas que la moindre responsabilité puisse retomber sur le motoriste, la compagnie, les autorités aéroportuaires, les syndicats ou les autorités civiles et politiques, il fallait trouver un bouc émissaire « extérieur » à l’excellence de l’aéronautique française. Mais c’est une autre histoire.

La chute du DC9 d’Air Algérie est correctement décrite par le général burkinabé Diendiéré dans une vidéo où il commente les images radar : à 1 h 47 une spirale descendante commençant par un virage à gauche, la disparition de l’avion à 490 m d’altitude alors qu’il est à 750 km/h environ. Ensuite, tout est suppositions.

Le temps de chute est donné pour extrêmement rapide : 3 minutes, dit Diendiéré qui évoque le témoignage du berger peul qui aurait signalé que le crash a eu lieu à 1 h 50. Mais il y a une incohérence quand on nous explique que les derniers 490 mètres ont été parcourus à la verticale « en une seconde« , ce qui expliquerait la violence du choc et la pulvérisation de l’avion en miettes « par l’onde de choc en retour » (BEA). Soit approximativement 1,5 fois la vitesse du son.

L’avion parti à 1 h 17 a mis une demi-heure pour parcourir les 300 km environ qui séparent Ouagadougou de son point de chute supposé en contournant l’orage par l’Ouest. C’est vraisemblable.

Par contre le berger peul bien réveillé à 2 heure mois le quart du matin qui consulte sa montre pour dire à la minute près qu’il était précisément 1 h 50 quand il a entendu le crash, ça me laisse sceptique, d’ailleurs Diendiéré lui-même, si sûr de lui jusque-là, a l’air hésitant et gêné quand il donne l’info.

Mais ce fait est troublant, quelle que soit l’heure à laquelle le berger ait donné l’alerte : avait-il un portable ou un iPad avec lui, est-il rentré à pied au village le plus proche (Boulékessi) en abandonnant son troupeau à l’heure où hyènes et lionnes sont en chasse ? Pas la moindre précision des autorités.

Cela soulève une autre question : pourquoi, si l’alerte a été donnée très tôt dans la matinée, a-t-il fallu attendre plusieurs heures pour que les gouvernements burkinabé, algérien et français annoncent la mauvaise nouvelle ?

Très vraisemblablement parce qu’ils ont pris le temps de se concerter pour établir un plan de communication qui finalement ne se révèle pas plus cohérent et crédible que s’ils avaient été francs dès le départ. Car il y a eu dès ce premier jour beaucoup de mensonges.

Pourquoi surtout, car si un berger peul a donné l’alerte il a certainement donné l’endroit où se trouvait l’avion, raconte-t-on qu’il a fallu lancer des recherches ? Une simple vérification rapide avec un hélicoptère partant de Gao (1/2 heure de vol) aurait suffit. Mais non, « Deux avions de chasse Mirage 2000D de l’armée française basés à Niamey participent aux recherches6. Ils repèrent dès 11 h 00 les traces du crash, et selon la coopération de défense, demande (sic) l’intervention au sol de l’armée burkinabé » ( Wikipédia). Nouveau cafouillage.

Selon la version officielle ils sont donc partis ensemble de Niamey, ont repéré « les traces du crash » vers 11 h et sont rentrés ensemble. Mais pourquoi une « coopération de défense« , terme très belliqueux, intervient-elle sur un accident ? Et pourquoi parler de « traces de crash » sinon parce que pas un morceau crédible d’avion n’y a été vu ?

OU EST PASSE LE 2ème MIRAGE 2000 ?

Selon  une autre source, l’un des Mirages est allé vérifier l’info du berger, l’autre est parti vers le N-O vérifier une seconde info donnée par des habitants d’un village situé à 150 km N-O de Gao qui ont signalé avoir entendu un grand bruit qui les a réveillés vers 2 h du matin, puis avoir  vu une grande lueur d’incendie à l’horizon. Ce Mirage-là a été victime d’une panne de moteur « après 300 nautiques » (550 km), le pilote et son navigateur ont réussi à s’éjecter et ont pu être récupérés malgré la présence de groupes djihadistes dans la région.

C’est donc un seul avion qui est rentré à Niamey ? Secret défense, m’a-t-on objecté quant j’ai posé la question.

Je me suis alors posé la question suivante : Et si en réalité le chasseur au moteur en panne s’était écrasé sur les « traces du crash », quel volume de ferraille et de chair humaine cela représenterait-il ? Et bien j’arrive approximativement au volume constaté par Diendiéré et ses hommes si le moteur, le train d’atterrissage et les armes ont été retirés du site avant l’arrivée des enquêteurs.

Mais ce n’est qu’une supposition.

Qui était au sol ? Dès le départ et avant même que l’épave supposée du DC9 ait été localisée, l’hypothèse d’un tir de missile sol-air a été écartée et le président Hollande lui-même l’a dit tout de suite : ce sont les conditions météorologiques qui ont provoqué l’accident. Nous avons un président doué d’une faculté de préscience extraordinaire ! Ou plus vraisemblablement assisté de communicants extraordinairement  nuls.

La vérité, c’est que « La localité de Boulékessi (le village le plus proche du lieu des traces de crash), située dans la commune de Mondoro, est alors tenue par les rebelles du Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA), du Haut Conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA) et du Mouvement arabe de l’Azawad (MAA)9 « (Wikipédia) et que certains ont des Toyota équipés de missiles sol-air. Cela n’est évidemment pas très glorieux pour un président qui a réglé le problème du narco-terrorisme djihadiste au Mali !

 

images-2.jpegIls savent très bien s’en servir, par exemple sur un Mirage en repérage volant de bon matin à basse altitude ?

L’hypothèse d’un missile ne peut donc être écartée, « rien ne peut confirmer ou infirmer une piste terroriste » reconnaît le directeur du BEA. Mais sur le fait que ce soit très peu probable,  je suis plutôt d’accord, car je doute que ces djihadistes sachent tirer un missile de nuit, surtout pas sur un avion en haute altitude et encore moins pendant sa chute, à moins qu’ils n’aient été informés d’avance. Cela dit il ne faut jamais les sous-estimer.
« UN » ou « DES » BERGERS ? « PAS DE DEBRIS HUMAINS » ou « DES CADAVRES » ?

« Le général burkinabé Gilbert Diendiéré annonce dès 17 h 00 que les restes de l’avion « complètement brûlés » et des cadavres ont été trouvés par des bergers, près de la frontière » (Wikipédia).
Alors maintenant, ce n’est plus « un » berger, mais « des » bergers », et il y avait donc « des cadavres« . Mais où sont-ils ? D’abord parce que j’ai entendu le général Diendiéré parler de « miettes » de chair non-identifiables, ensuite parce que les enquêteurs du BEA ont eux aussi parlé de 1 200 morceaux microscopiques « dont l’identification prendra plusieurs mois« .

Les hyènes, les chacals et les fennecs n’ont tout de même pas mangé 116 corps en quelques heures, d’un poids approximatif de 6 tonnes en n’en laissant que des miettes !

Et puis, si l’avion a été « complètement brûlé » par l’explosion, pourquoi les buissons sur le lieu des traces de crash ne le sont-ils que légèrement, comment y a-t-il encore des miettes de chair humaine récupérables et des flaques d’eau bien fraîches comme on peut le constater sur la vidéo prise par les premiers arrivés, les soldats burkinabés ? Gros mystère !

hqdefault.jpg

Et puis « complètement brûlé », ça veut dire quoi ? Ça n’explique pas de toute façon l’absence des moteurs, des trains d’atterrissage, de la carlingue, des bagages, des sièges, etc.

Les explications embrouillées et visiblement contraintes du directeur du BEA Remy Jouty n’ont rien apporté.
« C’EST LA FAUTE A L’ORAGE » (HOLLANDE)

Mais le plus étonnant est l’activisme délirant du président de la République ce jour-là. Il était partout, intervenant frénétiquement toutes les demi-heures sur les chaines de télévisions pour justifier la version officielle du crash : rien d’anormal, l’avion a été victime d’un orage.
Circulez, y’a rien à voir.

L’avion n’étant visiblement pas là, il y a eu une première version donnée par Hollande expliquant contre toute vraisemblance que le sol de la région était mou et l’avion enterré sous plus d’un mètre de sable !

Deuxième version BEA quelques jours plus tard : le sol est tellement dur que le nez de l’avion en le percutant a provoqué une onde de choc « en retour » si violente qu’elle a pulvérisé l’avion en miettes y compris les moteurs et le train d’atterrissage que l’on retrouve toujours, absolument toujours dans les crashs au sol. Les passagers ont été réduits en particules microscopiques, les sièges et les bagages volatilisés. Exceptées les deux boites noires miraculeusement récupérées quasiment intactes puisque quelques jours plus tard encore, le non-fonctionnement de la CVR n’était plus attribué au choc mais à un dysfonctionnement antérieur.

images-2.jpeg

Je n’ai pas encore trouvé d’explication à ce mensonge d’État, mais ça viendra le jour où l’on saura s’est réellement crashé le DC9 d’Air Algérie, car il n’est pas là où on le dit et, surtout, pourquoi il a décroché alors qu’il venait de sortir de la zone orageuse.

Pour être franc, je commence à en avoir une idée, mais il est trop tôt pour en parler.
Cet article n’est donc qu’un point d’information intermédiaire.

Maurice D.

http://www.minurne.fr/ah5017-mensonges-et-fariboles?&trck=nl-890356-1072572-89kQ0

« article paru sur Minurne-Résistance www.minurne.fr »

0000000000000000000000000000


%d blogueurs aiment cette page :