KURDISTAN: la Bataille de Kobané par Marie Hélène Miauton

Publié: 21 octobre 2014 dans 1 - Revue de presse - Journaux télévisés - Videos, Irak, Kurdistan, Kurdistan, MOYEN-ORIENT, Syrie, Turquie
Tags:, , , ,

Kurdistan

En regardant les Kurdes de Syrie se faire massacrer sans réagir, tout en laissant passer les djihadistes, la Turquie est un allié objectif de l’Etat islamique, écrit Marie-Hélène Miauton. Ainsi, «avoir démasqué l’ami turc sera sans doute le seul effet collatéral positif du chaos qui règne au Proche-Orient»

Depuis près d’un mois, la ville syrienne kurde de Kobané, juste sur la frontière turque, n’en finit plus de résister face à l’Etat islamique (EI). L’enjeu est de taille. Pour les Kurdes, il s’agit de défendre leur territoire et leur peuple. Pour les attaquants, c’est une pièce maîtresse de leur propagande. Pour la coalition, c’est d’assumer sans broncher le massacre de la population qui n’a pas encore fui.

Qui se bat sur place? Au sol, les Kurdes, et seulement les Kurdes. Les Etats-Unis mènent des frappes ciblées qui sont adaptées pour détruire des chars en plein désert, mais perdent leur efficacité contre un ennemi installé au cœur de la ville. Les Français ont déplacé quelques Rafale mais n’ont jusqu’ici mené que de rares interventions. La Turquie a fermé ses frontières à l’aide destinée aux Kurdes mais laisse passer les djihadistes allant rejoindre l’EI sur place. Elle refuse l’usage de la base d’Incirlik aux Américains pour mener leurs interventions. Elle ne veut évidemment pas envoyer des troupes au sol pour assister les Kurdes qu’elle déteste et dont elle a peur, et qui d’ailleurs ne le leur demandent pas. Ils n’exigent que des armes qu’on ne leur fournit pas.

Mardi, une réunion a eu lieu à Washington, en présence du président américain, entre les chefs des armées des vingt-deux pays de la coalition. Il s’agissait avant tout d’harmoniser les points de vue entre les partisans de seules frappes aériennes et les tenants d’une intervention au sol. Qu’en est-il ressorti? Qui l’a emporté? Personne, évidemment, puisque chacun défend des intérêts divergents et reste empêtré dans ses contradictions. Ainsi, malgré l’urgence, rien de concret ne sera entrepris, ce qui prouve encore une fois combien la conscience internationale est à géométrie variable. Pourtant, le danger que représente l’EI, ses méthodes, sa barbarie face aux populations civiles, son embrigadement de jeunes de nos contrées prêts à revenir y semer la terreur, devrait susciter des actes au lieu des bavardages.

D’ailleurs, la composition de la coalition signe d’emblée son inefficacité. On y trouve, auprès du gendarme américain, les nations occidentales flanquées des principaux pays arabes, dont les amis inavoués de l’EI qu’il s’agirait de combattre. Quant aux Etats-Unis, on peut douter de leur bonne foi quand on entend John Kerry affirmer qu’au bout du compte «ce sera aux Irakiens de reprendre l’Irak». Après avoir fait de ce pays ce que l’on sait, l’avoir attaqué par deux fois, affamé, détruit ses structures et démantelé son armée, cette phrase ne manque pas de cynisme.

Mais le pire vient de la Turquie qui joue un double jeu évident dans ce conflit. Pour elle, la fin des Kurdes de Syrie permettrait de résoudre son problème de frontières au sud. Pour cette raison-là au moins, à laquelle s’ajoute sa détestation de Bachar el-Assad, elle est un soutien objectif de l’EI. Erdogan a beau jeu de prétendre que ceux qui l’incitent à s’engager sont de «nouveaux Lawrence d’Arabie qui se cachent derrière la liberté de la presse, la guerre d’indépendance ou le djihad». Quel culot de la part d’un membre à part entière de l’OTAN, dont il était même question qu’il rejoigne l’UE, perspective sans doute écartée pour longtemps. Avoir démasqué l’ami turc sera sans doute le seul effet collatéral positif du chaos qui règne au Proche-Orient.

Source Le Temps 17/10/2014

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/25af32e6-5559-11e4-b9f9-6d062b046f6b%7C1

 Survivre dans le piège de Kobané

PAR DELPHINE MINOUI ENVOYÉE SPÉCIALE À MURSITPINAR (FRONTIÈRE TURCO-SYRIENNE)/Le Temps 20/10/14

Assiégés depuis un mois dans la cité martyre, les combattants kurdes résistent aux assauts des djihadistes de l’Etat islamique. Reportage aux portes d’un enfer au quotidien

Un tonnerre de pluie et d’obus s’acharne sur Kobané. Il est 17h, suffisamment sombre pour franchir en douce les barbelés et rallier, malgré le danger, la cité martyre à travers champs. Pull vert sur débardeur noir, Ghamgin, 19 ans, embrasse une dernière fois son père. «N’y retourne pas! Si les gardes-frontière turcs ne t’abattent pas, c’est Daech qui aura ta peau. Cette ville est un piège!» sanglote le vieillard, les souliers crottés de boue. Dans le brouillard du soir, le jeune combattant kurde a déjà disparu de l’autre côté. Le voilà, le «piège», à quelques encablures d’ici: un méli-mélo d’immeubles grisâtres, au pied de deux collines, carte postale sanglante de détresse, assiégée depuis un mois par les djihadistes de l’Etat islamique. «Des monstres!» s’insurge le docteur Mohammad Arif Ali. Contacté par cellulaire – la ville kurde de Syrie est si proche de la frontière que le réseau téléphonique turc y fonctionne à la perfection –, il est l’un des quelques centaines de civils restés à Kobané. Ce jeudi après-midi, le quartier qui héberge sa clinique de fortune, au premier étage d’un immeuble anonyme, a essuyé des tirs de mortiers. «On a reçu deux morts, dont un civil, et six blessés», raconte le médecin.

Radiologue de formation, il se retrouve à tout faire, appuyé par une équipe médicale de dix personnes: nettoyage des plaies, points de suture, perfusion, transfusion sanguine. Il y a deux jours, il a même donné son sang à une combattante de 27 ans, blessée d’un tir de sniper dans la poitrine. «Les combattants font couler leur sang pour défendre notre terre. Je suis heureux que le mien puisse aider», dit-il. Les cas graves sont évacués dans des hôpitaux en Turquie pour être opérés d’urgence. «Parfois, ils doivent patienter jusqu’à dix heures au poste frontière pour qu’on les laisse passer. Malheureusement, cette attente peut s’avérer fatale. Certains blessés meurent avant d’arriver», s’attriste-t-il. En fonction des jours, et de l’intensité des attaques, Mohammad Arif Ali reçoit quotidiennement entre 6 et 30 patients. «Parfois, on voit arriver des blessés qui ont perdu une jambe, un bras. L’autre jour, on nous a amené une femme dont la tête avait été arrachée par un obus», poursuit-il. Imprimées à jamais dans sa mémoire, ces scènes de chaos de la fin septembre, quand les soldats du califat d’Al- Bagh­dadi ont fait irruption en centre-ville: «Ça tirait de partout à l’arme lourde. Dans les rues, c’était la panique. Les gens couraient sans se retourner. Ce jour-là, on a reçu une quarantaine de blessés, dont des gamins, et dix combattants. Des femmes hurlaient: où est mon fils? Où est ma sœur? Seule la moitié des blessés a survécu. Les médecins et infirmiers étaient à bout de nerfs. Une dizaine d’entre eux n’ont pas tenu. Ils sont partis.»

Depuis le 16 septembre, date du début de l’offensive des islamistes au drapeau noir, près de 600 personnes ont péri, en majorité des combattants, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme. La semaine dernière, l’espoir est revenu timidement: l’intensification des frappes de la coalition a freiné la progression de l’Etat islamique, chassant même ses soldats de plusieurs artères stratégiques. Mais Daech, qui encercle la ville, continue à pilonner la frontière, dernière issue de secours, et à refermer le piège sur les combattants kurdes. «Quand on entend les avions, on applaudit en direction du ciel. Dès que ça s’arrête, les guerriers de Daech se remettent à tirer au canon. Et là, on se sent de nouveau vulnérable. Parfois, on doit se réfugier au sous-sol», confie Mohammad Arif Ali. Sa voix se perd dans un énorme «boum», suivi de rafales de tirs. «Vous entendez? Ça tire de nouveau!» lance l’imperturbable médecin. En un mois, il a dû changer plusieurs fois de clinique de campagne au gré des nouvelles lignes de front, constamment changeantes. L’hôpital principal, évacué au début de l’offensive, a été défiguré par un attentat à la voiture piégée. «Les djihadistes s’infiltrent partout, dans les rues, sur les toits, dans les maisons», dit le praticien. Par précaution, les sorties sont limitées au maximum, juste le temps de fumer une cigarette à la va-vite, de s’approvisionner en pain ou d’aller chercher l’eau au puits. «Ensuite, on la fait bouillir, car il n’y a plus d’eau potable», ajoute-t-il.

Dehors, la ville a perdu son âme: rideaux de fer baissés, salons de beauté fermés, écoles vides. A Kobané, il n’y a plus d’enfants. Seulement des combattants – environ 5000, dont de nombreuses femmes. Et autant de civils, affirme Mohammad Arif Ali – même si ce chiffre est invérifiable. Dans les rues, l’écho des canons a chassé le chant des oiseaux. Et puis, ce spectacle sordide des cadavres «ennemis» qui jonchent les trottoirs. La semaine passée, le docteur Mohammad Arif Ali en a vu, de ses propres yeux. «Ils étaient Tunisiens. C’était écrit sur leurs papiers d’identité. J’étais choqué. L’année passée, j’ai travaillé à Tunis: une ville accueillante, sympathique. Ce n’est pas la Tunisie que je connais!» dit-il, consterné par ce Printemps arabe, parti de Tunisie, si vite métamorphosé en hiver djihadiste.

Il est revenu il y a 5 mois en Syrie pour aider les siens, et sa vie est aujourd’hui un enfer au quotidien. «Parfois, on ne se douche pas pendant 5 jours. Le soir, on dort à peine. En fait, de jour comme de nuit, on ferme l’œil quand on peut, entre deux soins d’urgence», confie-t-il. Avant d’ajouter, pragmatique: «De toute façon, dans la clinique, il n’y a pas assez de place pour tout le monde pour dormir!» Les repas, eux, sont sommaires: du pain et des conserves. «Pour garder le moral, on chante, on joue au tambourin, on fume la chicha», dit le docteur. A cause des combats, Mohammad Arif Ali n’est pas rentré chez lui depuis un mois. Son appartement, situé dans la partie ouest, sous le contrôle de l’YPG [les Unités de protection du peuple, la milice kurde], est néanmoins resté intact. «L’autre jour, un combattant kurde m’a appelé pour me dire qu’il était dans ma cuisine, en train de manger mon fromage. Bon appétit, je lui ai répondu!» rigole le médecin. L’humour, une carapace de protection en ces heures difficiles.

Fayza Abdi, elle, ne reverra jamais sa maison, dans le quartier de Sina. «Les djihadistes l’ont bombardée», raconte cette membre du Conseil municipal de Kobané, en visite éclair à Suruç, première ville turque après la frontière. Les photos qui commencent à circuler sur Internet montrent l’ampleur des dégâts: des bâtisses éventrées, des couloirs de ruines, des places méconnaissables. Un mini-Srebrenica aux portes de la Turquie. Car, pour les Kurdes, c’est bien d’un nettoyage ethnique qu’il s’agit. «Les djihadistes nous détestent. Ils nous traitent de kafir (infidèles). Ils ne supportent ni nos idées égalitaires, ni notre vision modérée de l’islam, ni l’importance donnée aux femmes», dit-elle. Elle non plus n’en revient pas de la vitesse à laquelle Kobané a sombré dans l’enfer.

Après le début de l’insurrection anti-Assad, en 2011, la minorité kurde (15% de la population syrienne) était pourtant parvenue à faire renaître son rêve d’indépendance. En marge de la guerre civile, le Rojava fut déclaré l’année suivante région auto-administrée, composée de trois cantons autonomes: Kobané, Afrine, à l’ouest, et Djazira, à l’est. Un rêve aujour­d’hui menacé par Daech. Et que la Turquie fait tout pour briser. «Pendant trois ans, elle a fermé les yeux sur le passage de rebelles syriens islamistes. Et, aujourd’hui, elle bloque la frontière aux combattants pro-kurdes. Ankara joue la carte djihadiste pour nettoyer le nord de la Syrie de la présence kurde», enrage Idris Nassan, un autre représentant politique de Kobané. Collé à son oreille, le portable ne cesse de sonner. Egalement de passage à Suruç, il a un agenda saturé: faire libérer ses confrères du Conseil municipal, arrêtés par les autorités turques, appeler à l’aide ses contacts occidentaux, convaincre les ambassades européennes de pousser Ankara à ouvrir un corridor… «A force de pression, les soldats nous ont laissé envoyer quelques camions de nourriture. Mais ce n’est pas suffisant», dit-il.

Là-bas, de l’autre côté, Asya Abdullah en supervise la distribution, avec une équipe de bénévoles. Retranchée dans un endroit secret de Kobané, la coprésidente du PYD (Parti de l’union kurde) affirme que les combattants kurdes, appuyés par des rebelles syriens, contrôlent désormais «70% de la ville, y compris le carré sécuritaire, repris aux djihadistes». «Dans chaque quartier, derrière chaque ligne de front, nous pouvons également compter sur le courage des civils, eux aussi armés. A Kobané, chacun met le pied à l’étrier: il y a des femmes qui font le pain chez elles, des jeunes qui en assurent la livraison», dit-elle, au bout d’une ligne téléphonique parasitée par de nouvelles violentes détonations. «Tout va bien, si, si, tout va bien», insiste-t-elle, presque vexée, quand on lui demande si elle a peur. Fidèle à la doctrine du PYD, un parti à la discipline de fer, héritée de l’idéologie marxiste des rebelles du PKK turc, elle enchaîne d’une voix martiale: «Daech est bien plus fort en armes et nombre, mais nous nous battrons jusqu’à la dernière balle!»

Pas de discours formaté pour Bavé Renas. Mais plutôt une détermination à toute épreuve. A 48 ans, cet agriculteur aux yeux turquoise a abandonné ses champs de pistaches pour endosser le treillis et protéger sa «terre» et son «honneur» contre Daech. «Jamais je n’avais touché à une arme de ma vie», dit-il, encore surpris par son geste. Ce jeudi, c’est lui qui nous accoste à quelques mètres des barbelés du poste frontière de Mursitpinar. Le temps d’une pause salutaire, il est venu embrasser sa famille, réfugiée dans un camp, avant de repartir au front. Il raconte Kobané: «La moitié de la ville est détruite. Il n’y a plus d’électricité. Les rues sentent la morgue, tant il y a de cadavres d’ennemis abandonnés.» Preuve, dit-il, du mépris des djihadistes pour la mort: «Ils s’en fichent de mourir. Je me souviens d’un combat de rue, début octobre. Avec mes hommes, on en a tué 65. Des renforts sont arrivés de leur côté. Ils ont formé un mur en empilant les 65 cadavres et ils ont continué, impassibles, à nous tirer dessus.» Lui qui a vu, fin septembre, un compagnon d’armes se faire décapiter sous ses yeux connaît le danger de ce combat. «Mais c’est mon devoir de résister. Ces gens-là violent les femmes, ils kidnappent les enfants, ils s’accaparent les terres. Si on cède, ils ne s’arrêteront pas à Kobané», insiste Bavé Renas, avant de repartir franchir les barbelés. En quelques secondes, l’obscurité du soir l’a déjà englouti. De l’autre côté, le piège de Kobané s’est refermé.

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/0e59a5c4-5886-11e4-b7f4-d2d5f283df81/Survivre_dans_le_pi%C3%A8ge_de_Koban%C3%A9

Les Américains larguent des armes PAR AFP 20/10/14

La Turquie fait un geste pour aider les peshmergas à Kobané

La pression internationale s’accentue sur les djihadistes à Kobané avec une première livraison d’armes aux Kurdes et la promesse de la Turquie de faciliter l’arrivée de combattants kurdes irakiens pour défendre la ville syrienne. Ces nouveaux développements interviennent alors que les combattants kurdes ont réussi ces derniers jours à freiner l’avancée des combattants de l’Etat islamique (EI) grâce notamment à l’augmentation des raids aériens de la coalition internationale.

 Pour la première fois depuis le début de l’offensive de l’EI, trois ­avions cargos C-130 américains ont largué à l’aube des armes, des munitions et du matériel médical, sur les positions des Unités de protection du peuple (YPG), qui contrôlent encore environ 50% de Kobané. Ces armes, fournies par les autorités kurdes d’Irak, vont être «d’une grande aide», s’est félicité le porte-parole des YPG. Le secrétaire d’Etat américain John Kerry a affirmé qu’il serait «irresponsable» pour les Etats-Unis et «moralement très difficile de tourner le dos à une communauté combattant» l’EI.

Ces dernières semaines, les Kurdes avaient multiplié les appels à renforcer les moyens des combattants des YPG, moins nombreux et moins bien armés que ceux de l’EI qui veulent conquérir la troisième ville kurde de Syrie. Mais désormais «l’équilibre des forces peut basculer à tout moment», a estimé l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH).

D’autant que la Turquie a surpris en annonçant qu’elle aidait «les forces des peshmergas kurdes» d’Irak «à franchir la frontière pour aller à Kobané». Malgré les pressions de ses alliés, Etats-Unis en tête, le gouvernement islamo-conservateur d’Ankara a jusqu’à présent toujours refusé d’intervenir pour venir en aide aux combattants kurdes syriens. Mais, a assuré le chef de la diplomatie turque Mevlut Cavusoglu, «nous n’avons jamais voulu que Kobané tombe». Dimanche encore, le président Recep Tayyip Erdogan avait rejeté catégoriquement les appels lancés à son pays pour qu’il fournisse directement des armes aux YPG.

SOURCE: http://leblogalupus.com/2014/10/21/kobane-par-marie-helene-miauton/

000000000000000000000000000000

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s