Archives de 15 août 2014

Un plan de renforcement de l’OTAN sera adopté en septembre (Rasmussen)

 Un plan de renforcement de l’OTAN sera adopté en septembre (Rasmussen)

Le secrétaire général de l’OTAN Anders Fogh Rasmussen a évoqué lors d’une conférence de presse pendant sa visite au Danemark la nécessité d’adopter un plan visant à renforcer l’alliance.

 

 

 °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Aucune colonne russe n'a franchi la frontière avec l'Ukraine (Moscou)

Aucune colonne russe n’a franchi la frontière avec l’Ukraine (Moscou)

    Le ministère russe de la Défense a démenti les rapports concernant la prétendue destruction « d’une colonne militaire russe » par les militaires ukrainiens qui aurait franchi la veille la frontière russo-ukrainienne.  

 

 

 °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

L'ONU ne peut confirmer la destruction d'une colonne militaire russe par l’armée ukrainienne

L’ONU ne peut confirmer la destruction d’une colonne militaire russe par l’armée ukrainienne

L’ONU ne peut pas confirmer la destruction d’une colonne militaire russe par les militaires ukrainiens.

 

 

 °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

L'UE pourrait annuler les sanctions antirusses en cas de stabilisation de la situation en Ukraine

L’UE pourrait annuler les sanctions antirusses en cas de stabilisation de la situation en Ukraine

L’UE étudiera la possibilité d’annuler les sanctions à l’encontre de la Russie en cas de stabilisation de la situation dans le Sud-Est de l’Ukraine, a indiqué l’Ambassadeur de l’UE à Moscou Vygaudas Ušackas.

 

 

 °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Kiev pourrait couper la route au convoi d’aide humanitaire (Moscou)

Kiev pourrait couper la route au convoi d’aide humanitaire (Moscou)

Moscou attire l’attention de la communauté internationale sur l’intensification des combats par les forces ukrainiennes éventuellement dans le but de couper le chemin au convoi humanitaire entre la frontière russo-ukrainienne jusqu’à Lougansk, a déclaré vendredi le ministère russe des Affaires étrangères.

 

 °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Le chef de l’AIEA se rendra en Iran le 17 août

Le chef de l’AIEA se rendra en Iran le 17 août

Le chef de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) Yukiya Amano prévoit de se rendre en Iran le 17 août prochain, rapporte le site de l’organisation. Le haut fonctionnaire a l’intention d’y mener une réunion avec les dirigeants iraniens.

 

 

 °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

La Hongrie vend à l’Ukraine son équipement militaire soviétique

La Hongrie vend à l’Ukraine son équipement militaire soviétique

Budapest a pris la décision d’envoyer en Ukraine des chars soviétiques T-72. Selon la chaîne de télévision russe Rossia -24, le site d’informations hongrois Hídfő.net a publié des photos de ces chars, prises par les résidents de la ville de Nyíregyháza.

 

 °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Philippe de Villiers : les Européens « veulent investir et investiront en Russie »

Philippe de Villiers : les Européens « veulent investir et investiront en Russie »

Philippe de Villiers, homme d’affaires et politique français bien connu qui se trouve en Crimée, a appelé aujourd’hui les Européens à « resserrer les liens avec la Russie ».

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Réponse russe aux sanctions occidentales : les pertes de l'Autriche s'élèvent à 4,5 M €

Réponse russe aux sanctions occidentales : les pertes de l’Autriche s’élèvent à 4,5 M €

L’économie de l’Autriche fait actuellement état de 4,5 millions d’euros de pertes à cause des mesures de réponse aux sanctions de l’UE et des Etats-Unis, a indiqué ce vendredi le ministre de l’Agriculture du pays Andrä Rupprechter.

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Ukraine/Stenine/disparition: la déléguée aux droits de l’Homme s'adresse aux autorités

Ukraine/Stenine/disparition: la déléguée aux droits de l’Homme s’adresse aux autorités

La déléguée aux droits de l’Homme en Ukraine Valeria Loutkovskaïa a envoyé des demandes aux autorités compétentes du pays avec une demande d’aider l’enquête sur la disparition du photographe de l’Agence internationale d’information Rossiya Segondya Andreï Stenine, a indiqué ce vendredi son homologue russe Ella Pamfilova.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Andreï Stenine/Pologne : des journalistes demandent de l'aide au Premier ministre Tusk

Andreï Stenine/Pologne : des journalistes demandent de l’aide au Premier ministre Tusk

Des journalistes polonais exigent la libération du reporter-photographe de l’agence Rossiya Segodnya, Andreï Stenine, arrêté par les services de sécurité de l’Ukraine.

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Energie : la Finlande s'inquiète d’un impact négatif des contremesures russes

Energie : la Finlande s’inquiète d’un impact négatif des contremesures russes

La Finlande est préoccupée par le fait que l’imposition de contremesures de la part de la Fédération de Russie en réponse à des sanctions des pays occidentaux pourrait avoir un impact négatif sur la livraison de ressources énergétiques russes dans le pays.

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Poutine : la Russie et la Finlande sérieusement préoccupées par les combats dans l'Est de l'Ukraine

Poutine : la Russie et la Finlande sérieusement préoccupées par les combats dans l’Est de l’Ukraine

La Russie et la Finlande sont sérieusement préoccupées par les opérations militaires de grande envergure en Ukraine et le déclenchement de la catastrophe humanitaire dans l’Est du pays, a déclaré Vladimir Poutine à l’issue des entretiens à Sotchi avec le président de la Finlande Sauli Niinistö.

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

La Russie reste le principal partenaire commercial de la Finlande (Poutine)

La Russie reste le principal partenaire commercial de la Finlande (Poutine)

La Fédération de Russie reste le partenaire principal en termes de relations économiques et commerciales de la Finlande, a déclaré le président Vladimir Poutine lors d’une réunion avec le président finlandais Sauli Niinistö à Sotchi.

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

UE/sanctions antirusses : le Premier ministre hongrois appelle à une révision

UE/sanctions antirusses : le Premier ministre hongrois appelle à une révision

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban s’est prononcé en faveur d’une révision de sanctions antirusses de l’UE qui, à son avis, nuisent bien davantage aux pays de l’UE qu’à la Russie.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

La Russie a accueilli environ 52 000 réfugiés ukrainiens

La Russie a accueilli environ 52 000 réfugiés ukrainiens

Le nombre de réfugiés en provenance d’Ukraine, abrités dans des centres d’hébergement temporaire (CHT) en Russie, a atteint 52 000 personnes.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Le convoi humanitaire russe retardé près de Rostov pour plusieurs jours

Le convoi humanitaire russe retardé près de Rostov pour plusieurs jours

Le convoi de l’aide humanitaire russe destiné à l’Est de l’Ukraine restera près de la ville de Kamensk-Chakhtinsky (région de Rostov) pendant plusieurs jours, a indiqué le ministère russe des Situations d’urgence.

 
00000000000000000000000000000000000000000000

News

 

°°°°°°°°°°

All news

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Noticias

 °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Nachrichten

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
000000000000000000000000000000000000000000000000000000000
logo_isranews_dark_302x67

10’000 Israéliens exigent une solution durable au conflit avec le Hamas

Le plus important rassemblement en Israël depuis le début de l’offensive à Gaza le 8 juillet dernier a eu lieu jeudi soir à Tel-Aviv. Environ 10’000 manifestants étaient présent, selon la police.
Environ 10’000 personnes se sont rassemblées jeudi soir à Tel-Aviv, selon la police. Elles ont exigé du gouvernement israélien une solution durable au conflit avec le Hamas et la fin des tirs de roquettes.
Les organisateurs, des élus locaux du sud d’Israël – la région où s’est abattue 3500 projectiles tirés selon l’armée depuis Gaza sur Israël – avaient appelé à un rassemblement de solidarité pour les habitants des localités frontalières de Gaza.

Lire l’article complet sur rts.ch

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Rachid Birbach, l’imam qui fustige le Hamas et défend Israël

Il s’appelle Rachid Birbach. Il est marocain, imam à Auxerre et il mène campagne contre le Hamas et pour le droit d’Israël à se « défendre ». Il suscite des réactions véhémentes sur les réseaux sociaux.
L’imam Rachid Birbach reprend à son compte tous les thèmes développés par les communicants israéliens dont celui qui veut que le Hamas utilise les civils palestiniens comme des « boucliers humains ».
Des argumentaires présentés sur France 24 en arabe qui ont suscité des vives réactions de deux autres participants au débat. Même l’animateur de l’émission, Djamal Boudouma, semblait choqué par le discours primaire et tranché de l’imam marocain.

Lire l’article complet sur huffpostmaghreb.com

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Gilbert Montagné assure son concert à Tel Aviv et règle ses comptes

Gilbert Montagné assure son concert à Tel Aviv et règle ses comptes

Gilbert Montagné s’est envolé pour Tel Aviv pour son concert prévu jeudi, n’en déplaise à ses détracteurs.  » Personne ! Vous m’entendez ! Non, personne, ne peut m’empêcher d’être l’esprit libre que je suis ! Cela veut dire en clair, que je respire, chante, joue où je veux que cela vous plaise ou non ! « , s’est-il emporté sur son compte Facebook dimanche. La raison de sa colère ? Certains parmi ses quelque 113.000 abonnés, « se sont montrés très agressifs voire insultants » en découvrant qu’il jouerait dans la ville.
Au contraire de Lana Del Rey, des Backstreet Boys, mais tout comme Lady Gaga, le chanteur a choisi de maintenir le show prévu « depuis six mois » à l’Heichal Hatarbut Mann Auditorium. Avant de décoller pour Israël, l’interprète de des « Sunlights des tropiques » avait tenu à remettre les pendules à l’heure à « l’encontre de la petite poignée venimeuse » sur son compte Facebook dimanche. Il a déroulé un argumentaire d’homme de paix, lui qui a déjà chanté au Liban et ne rechignerait pas à aller à Gaza.

Lire l’article complet sur metronews.fr

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Accusée de financer le terrorisme, Arab Bank dit être une banque « normale »

La banque jordanienne Arab Bank, accusée d’avoir financé des attentats terroristes revendiqués par les mouvements islamistes Hamas et Jihad islamique, s’est présentée à l’ouverture de son procès jeudi comme une entreprise « normale », le premier de ce genre aux Etats-Unis.
Le Hamas comme le Jihad islamique se seraient appuyés sur des associations caritatives pour financer leurs activités terroristes, selon l’avocat.
Il explique que le Saudi Committee, une ONG humanitaire levant de l’argent auprès de riches donateurs du Moyen-Orient pour le compte de ces mouvements islamistes, a mis en place un programme d’indemnisation pour les auteurs des attentats suicide et leurs familles.
Arab Bank, auprès de qui Saudi Committee disposait de comptes bancaires, était chargée de verser 5.300 dollars à chacune des familles, selon l’accusation.

Lire l’article complet sur rtl.be

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Plus sur: http://isranews.com/

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000

histoireetsociete

Europe, voici ceux dont tu encourages les meurtres, ne t’inquiète pas ils reviennent vers toi…

"Azov", "Donbass", Secteur droit: les symboles SS revisités en Ukraine"Azov", "Donbass", Secteur droit: les symboles SS revisités en Ukraine
17:45 14/08/2014
 
MOSCOU, 13 août – RIA Novosti
 
 
Depuis le mois d’avril, les autorités de Kiev mènent une opération militaire dans l’est de l’Ukraine contre les habitants de la région, qui contestent le coup d’Etat de février.

Les bataillons « Azov » et « Donbass », ainsi que le mouvement extrémiste Secteur droit, participent à cette opération militaire. Ces patriotes ukrainiens sont souvent qualifiés de « néofascistes ». On comprend mieux pourquoi en observant leurs insignes.

Le bataillon « Azov » a été formé en mai 2014 à Marioupol avec des membres d’une compagnie du service de patrouille spécial du ministère ukrainien de l’Intérieur.

Les combattants de ce bataillon sont également connus…

Voir l’article original 670 mots de plus

civilwarineurope

imageDes tirs d’artillerie de l’armée ukrainienne auraient « détruit » en grande partie une colonne de véhicules blindés de transport de troupes qui a pénétré, selon Kiev, dans l’est de l’Ukraine depuis la Russie dans la soirée de jeudi, a annoncé la présidence ukrainienne.

« Les initiatives appropriées ont été prises et une partie (de la colonne) n’existe plus », a indiqué un porte-parole de l’armée ukrainienne.

Le président ukrainien Petro Porochenko a discuté au téléphone de cette incursion avec le premier ministre britannique David Cameron et a indiqué qu' »une grande part de ce matériel a été détruit dans la nuit par l’artillerie ukrainienne », selon un communiqué.

Dans le même temps, la Russie a indiqué que Kiev menait d’intenses combats dans l’Est pour empêcher la distribution d’aide humanitaire.

Source : Le Figaro et i-télé

L’opinion de civilwarineurope

Peut-être cela est-il vrai mais méfiance. Où sont les preuves ? Il serait facile si les Ukrainiens…

Voir l’article original 108 mots de plus

Feria de Béziers: Menard impose une messe, le Parti de gauche s'insurgeRobert Ménard, un maire de rupture…

Il paraît qu’il y a un comité de vigilance consacré aux seules mairies dirigées par le FN et par Robert Ménard. La multitude des autres serait donc par nature irréprochable ?

Les élus, selon Libération, « profitent de l’été pour prendre des arrêtés aussi démagogiques qu’illégaux, contre les jeunes, les prostituées ou les mendiants. Florilège de la bêtise ».

On n’est pas obligé d’être convaincu par une charge aussi partiale que prévisible.

Robert Ménard, depuis qu’au grand dam de beaucoup il est devenu maire de Béziers, fait l’objet d’une attention négative toute particulière et ce défaut de bienveillance systématique fait que ses décisions et son action ne sont jamais examinées comme il conviendrait mais caricaturées au seul motif qu’elles émanent de lui.

Ces préventions qui excluent toute bonne foi interdisent aussi de s’interroger lucidement et objectivement sur la dernière initiative de Robert Ménard ayant convié tous les Bitterois à une messe célébrée en ouverture de la feria le 13 août.

On s’est gaussé de ce qu’on a qualifié « d’arrêté anti-linge » aux fenêtres à Béziers « parce que les façades ont un impact important sur l’attractivité économique et touristique de la ville et notamment en matière d’ordre esthétique… » Je ne méconnais pas qu’il y a sans doute, pour un maire, d’autres priorités et que cette volonté de rentrer dans les détails de l’apparence urbaine peut surprendre.

Mais rien en tout cas qui puisse scandaliser. Rien qui offense le bon sens et le sentiment que peut avoir chacun de la décence et de la propreté de « sa » ville comme si elle était, commune, en même temps la maison de chacun. Ce qui devrait être le cas.

La Ligue des Droits de l’Homme, dont on devine que Robert Ménard est son client préféré, a formé un recours devant le tribunal administratif contre trois de ses arrêtés.

Le couvre-feu pour les mineurs de 13 ans, de 23 heures à 6 heures du matin, durant les fins de semaine et du 15 juin au 15 septembre. Avec une amende de 38 euros pour les parents récalcitrants.

Pour la garde périscolaire, l’accueil réservé aux enfants de parents qui travaillent et ont un emploi.

La suppression des aides sociales de la mairie pour les personnes qui ne se rendent pas à une convocation aux fins « d’un rappel à l’ordre ».

Pour les effets du premier, une nette baisse de la présence d’enfants dehors à des heures indues a été constatée.

Pour le deuxième, Robert Ménard a fait remarquer que les personnes en recherche d’emploi n’étaient évidemment pas concernées par les horaires précoces de la garde périscolaire.

Pour le dernier, le maire a souligné « qu’on ne peut pas se moquer de la ville et profiter de ses aides en parallèle » (L’Express.fr).

Au-delà du contenu intrinsèque de ces dispositions qui tendent peu ou prou à pallier la carence d’éducateurs défaillants ou à rappeler la nécessaire réciprocité des droits et des devoirs, je me demande si le procès intenté sans répit à Robert Ménard n’est pas d’un autre ordre.

Le changement c’est maintenant : ce slogan aurait dû être le sien.

Ce qui déconcerte et, même plus, indigne beaucoup de ses adversaires se rapporte au fait que non seulement il tient – avec le pouvoir tout de même limité d’un maire – ce qu’il a promis mais qu’il n’hésite pas à mettre en oeuvre les évidences de la quotidienneté tranquille et consensuelle. Qui n’a pas, dans la familiarité d’échanges que l’idéologie n’a pas gangrenés, suggéré contrôle et rigueur pour qu’on ne laisse plus traîner des enfants la nuit dans les rues ou exigé qu’on ne puisse pas être aidé par les services sociaux si on ne les respecte pas ?

Robert Ménard est un maire de rupture comme il y a eu, en d’autres temps, une défense de rupture. Non pas parce qu’il édicterait des arrêtés indignes mais au contraire parce qu’il ne juge pas impossible le passage du souhaitable au réalisable et que le bon sens, aussi basique qu’il soit et aussi autoritaire qu’il se doive d’être face à certaines situations, ne lui fait pas peur, lui semble en tout cas un meilleur inspirateur que la mollesse faussement progressiste ou l’inaction fataliste.

Son activité municipale, en ce sens, est aux antipodes de la provocation (lepoint.fr) sauf si on admet qu’aujourd’hui, et de plus en plus, la raison ferme est provocatrice par excellence.

Mais il y a eu la messe en ouverture de la feria qui aurait dû rassembler, selon le voeu du maire, tous les Bitterois, ce qui n’a pas manqué de susciter l’ire du Front de gauche et d’Alexis Corbière au nom de la laïcité et parce que la feria a été initiée en 1968 par un socialiste.

Eliminons les querelles de bas étage.

Robert Ménard a le droit d’être catholique, de le dire, d’en tirer des conclusions personnelles et familiales et on n’a pas besoin, avec une dérision lassante et lourde, de dénoncer l’influence qu’aurait eue sur ce plan intime son épouse Emmanuelle Duverger. Quel crime en effet!

Je suis très sensible à cette obsession médiatique à laquelle n’échappe aucun de ses portraits parce qu’elle me rappelle l’indélicatesse avec laquelle, à la fin d’Alstom et contre mon frère Pierre scandaleusement décrié avant de se faire rendre justice grâce à son exceptionnelle intégrité, on avait perfidement et à tout coup glissé qu’il était catholique pratiquant et père de cinq enfants. Comme s’il s’agissait d’une tare.

Comme j’aurais aimé me battre à sa place si sa dignité me l’avait permis !

Je comprends aussi parfaitement le souci de Robert Ménard de constituer la feria de Béziers et surtout ses suites comme une fête joyeuse et consensuelle alors que – je l’ai vécu – je n’ai jamais connu beuverie collective nocturne plus lamentable, grosse de désordre et de violences.

Mais fallait-il pour tenter cette pacification des esprits et des coeurs user de ce mode religieux en espérant le voir adopté par tous – un leurre ! – même si par ailleurs le maire avait fait appel à des moyens plus classiques, des CRS en renfort ?

Pour ma part, sans tomber dans ce laïcisme qui vous ferait devenir épris de religion rien que par contraste, je perçois tout de même un double inconvénient dans l’expression publique de cette croyance et dans son organisation municipale.

Le premier est qu’il risque de rendre moins efficiente la lutte contre les signes religieux ostentatoires dans les écoles. Ce combat est celui d’une laïcité apaisée et sûre d’elle.

Le second, plus grave, est que convier tous les Bitterois à une messe, c’est faire fi du pluralisme des convictions, des adhésions ou des rejets, c’est sans soute complaire mais aussi accentuer le clivage avec d’autres, c’est créer un état d’esprit, une aigreur, une intégration mais une exclusion, qui ne correspondent pas à la volonté profonde du maire qui est de rassembler, d’unir.

La messe n’est pas un phénomène social auquel on assiste en tant que citoyen. C’est la pratique d’une foi qui relève du secret et de l’intime. Il est clair qu’à l’avenir Robert Ménard devra songer, pour « purifier » la feria de Béziers, à d’autres inventions…

Robert Ménard, maire de rupture ai-je écrit. Pour le meilleur la plupart du temps.

Si j’avais à le mettre en garde, ce serait sur ce seul plan. Il a tant bataillé pour la liberté d’expression, essuyé tant de controverses, répliqué à tant de polémiques qu’il peut être tenté, comme maire, de reconstituer inconsciemment ce climat de tension et d’antagonisme.

Les Bitterois, contrairement aux médias attendant avec une joie sadique anticipée ses dérives constamment annoncées, le jugeront sur ses actes.

Que Robert Ménard continue d’assumer sa mission mais en n’oubliant pas ce que pourrait être, pour un maire, pour lui, la douceur, l’apaisement d’être aimé par tous.

Car, à Béziers, il n’est pas présumé coupable.

SOURCE: http://www.philippebilger.com/

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000

L’ESCLAVAGE EST DE RETOUR !

Qui l’aurait cru ? C’est pourtant la réalité, l’esclavage est de retour. Il revient en force sur ses terres historiques, celles de l’islam.

L’esclavage existait avant, c’est entendu, mais il avait une qualité, si l’on peut dire, il n’était pas commercial et au sortir des temps cannibales il avait sauvé des vies.

En effet, les peuples premiers étaient en état de guerre quasi permanente pour divers motifs qui souvent s’enchevêtraient : besoin de nourriture, de territoires de chasse ou de terres cultivables, de femmes, pour la gloire du chef ou satisfaire les dieux et les esprits toujours cruels que l’on passait beaucoup de temps à amadouer avec des sacrifices.

Si le clan ou la tribu vainqueur avait fait des prisonniers, la question se posait de savoir qu’en faire. Si l’un ou l’autre avait une caractéristique intéressante, malformation physique, don de faire rire, connaissance des pratiques des blancs, du dressage des chevaux, des armes à feu par exemple, le chef pouvait décider de le garder, soit comme objet de curiosité, fou du roi en quelque sorte, ou comme conseiller. Mais la règle absolument générale, car ces sociétés étant toujours au bord de la survie ne pouvaient pas nourrir de bouches inutiles, était l’exécution des prisonniers. Et, presque partout, leur consommation alimentaire car, ainsi que l’a écrit Georges Clémenceau, il eut été stupide de laisser pourrir de la bonne viande alors qu’on en manquait cruellement. Avec des mises à mort souvent atroces, comme chez les Maoris néo-zélandais qui parfois épluchaient le prisonnier encore vivant pour récupérer et tanner sa peau, ou les Canaques qui les amputaient au fur et à mesure des besoins pour préserver le plus longtemps possible la fraicheur de cette provision de bouche*.

Puis, avec l’arrivée des pratiques agricoles et des cultures vint le besoin de main d’œuvre, les prisonniers furent gardés comme esclaves. Ils travaillaient en échange de leur vie et il arrivait qu’ils soient enrôlés comme mercenaires dans les opérations guerrières. Chez les Maoris ils étaient appelés « pakehas » et les anglais, quand ils institutionnalisèrent leur présence en Nouvelle-Zélande avec le traité de Waïtangui, découvrirent avec stupeur plus de 1 200 « pakehas » blancs, marins, baleiniers, coupeurs de bois de santal, missionnaires mêmes, qui avaient été capturés et étaient maintenant esclaves guerriers dans les troupes maories.

Les Grecs, les Romains, les Chinois, les Moghols, les Hittites… tous eurent des esclaves pris parmi les prisonniers et les peuples soumis. Ils travaillaient aux champs, comme domestiques, artisans ou guerriers, comme le célèbre prince thrace Spartacus qui fomenta la première révolte d’esclaves à Rome. Chez les Canaques salomonais, les Papous, les Indiens de la région de Vancouver, mais surtout en Afrique, ils pouvaient devenir un stock alimentaire que l’on engraissait pour le vendre au plus offrant. Georges Clémenceau a décrit l’un de ces marchés** où l’on trouvait, encore à la fin du XIXème siècle, des noirs sur lesquels le marchand inscrivait à la craie le morceau demandé par le client et, dès que l’homme ou la femme était tout entier pré-vendu, on lui tranchait la tête et on le découpait pour distribuer les morceaux aux acheteurs. Les têtes étaient vendues à part.

 

clemmi.jpgExposition-vente de têtes à Bakel, frontière du Sénégal et du Soudan, photo ministère des colonies, reproduite par l’Illustration, 1891

 

C’est aux commerçants arabes que l’on doit l’organisation quasi industrielle de l’esclavage, avec la capture ou l’achat au chefs de tribus d’hommes, de femmes et d’enfants, leur transfert par caravanes, la castration dans des charcuteries spécialisées, le tri, l’exportation par bateaux entiers d’Africains pour l’essentiel, d’Européens en moindre quantité mais qui valaient plus cher, surtout les femmes originaires des Balkans, mais aussi d’autres Arabes et de diverses ethnies sémites et aryennes s’ils n’étaient pas convertis à l’islam.

images-1.jpeg

 

Les royaumes et empires africains ont largement alimenté ce commerce et certains, comme le Bénin, le Togo ou le Monomotapa (actuel Zimbabwe) ont bâti leur puissance par l’exportation d’esclaves. Si les livres d’histoire de nos petits écoliers n’étaient pas censurés, ils apprendraient cela à l’école.

 

 

images.jpegC’était parfaitement légal puisque le Coran et divers hadiths légifèrent sur le sujet. Ainsi le bon musulman peut s’il en a les moyens acheter quatre femmes et des maîtresses, violer et jouir sans entraves de toutes les esclaves de sa maison.

À partir du XVIème siècle, ils ont trouvé un nouveau débouché commercial avec les besoins en main d’œuvre de l’Amérique hispanique, portugaise, française et anglo-saxonne. Ce marché esclavagiste-là fut assez rapidement aboli, mais suscite la haine de madame Taubira qui, par contre, ferme les yeux sur la continuation jusqu’au milieu du XIXème siècle du commerce esclavagiste arabo-méditerranéen, dit « barbaresque », que la France en allant au Maghreb en 1835 arrêta manu militari.

L’ONU a exigé de tous les pays membres qu’ils cessent l’esclavage et officiellement tous l’ont fait, mais parfois en trainant les pieds, comme la Mauritanie qui l’a aboli en 1981, mais voté la loi le sanctionnant seulement en 2007 ! Il y reste encore entre 400 et 700 000 esclaves « haratines », ou « maures noirs », dont l’aristocratie arabe « bidhans » est propriétaire.

La plupart des pays de l’arc musulman africain qui va de la Mauritanie à Zanzibar en passant par le Soudan tolèrent encore l’esclavage, de même que les pays du golfe sous des formes modernisées. Mais il existe encore sous la forme archaïque dans plusieurs pays, entre autres au Tchad et au Mali, pays protégé de notre président.

images-3.jpeg

« Au Mali, l’esclavage est un tabou absolu, un abcès qui ronge la société. A l’exception de quelques ethnies du Sud, il se pratique encore dans quasiment toutes les communautés. Les chiffres sont effarants. « Il y a au moins 300 000 esclaves à part entière (sic) dans le pays », assure Naffet Keïta, anthropologue à l’université de Bamako » (L’Express 17 mai 2013).

Il ne s’agit pas d’esclaves importés avec des contrats, mal payés, sur-exploités, battus et violés quand ce sont des femmes, comme dans les pays de la péninsule arabique, nos alliés qataris et saoudiens, mais de vrais esclaves « à part entière » comme dit l’Express qui a raconté l’histoire d’une esclave évadée : « Dès l’âge de 7 ans, elle avait été arrachée à sa famille, avec ses trois frères, par un Touareg de rang noble de la tribu des Icherifen. Durant quinze années, elle s’est ensuite éreintée à puiser de l’eau pour les dromadaires, à les soigner, à faire la cuisine et le ménage pour ses « patrons » et leur progéniture. Sans avoir droit à autre chose que les restes des repas... » Si elle avait fait des enfants, ils auraient été la propriété du maitre, d’ailleurs certains en font faire à la chaine par leurs esclaves femmes, pour les revendre.
Ça se passe au Mali, aujourd’hui.

À Zanzibar, où Laurent Fabius aime prendre quelques jours de vacances de temps en temps, si vous agitez un billet de 50 $ sous le nez d’un chauffeur de taxi en lui disant que vous voulez voir le marché aux esclaves (qui, officiellement n’existe pas), il vous conduira dans une charmante boutique comme celle-ci :

 

Unknown.jpeg

 

Le chiffre exact d’esclaves en Afrique musulmane est difficile à cerner, mais les ONG qui s’en préoccupent l’estiment à 15 millions.

 

 

 

Encore plus au niveau mondial, si l’on y ajoute les esclaves des pays d’Asie comme l’Inde (environ 5 millions) et la Chine (environ un million), surtout dans les Etats du centre et du nord de la Chine où ils sont « ouvriers » dans des cimenteries et briqueteries. La Russie est considérée comme État esclavagiste car elle fait travailler ses prisonniers, contrairement aux pays occidentaux où ils son nourris, logés, blanchis et distraits aux frais des contribuables.

 311336-ouvriers-esclaves-une-condamnation-a-mort.jpg
esclaves chinois

Cet esclavage-là dure encore mais était en voie de récession lente et sûre sous la pression de l’ONU et des pays occidentaux. Or il est actuellement relancé par les musulmans fondamentalistes et c’est avec regret que je le constate : les musulmans « modérés » ne le condamnent pas ou seulement du bout des lèvres, non plus que nos viragos des droits de la femme et des homosexuels, mesdames Belkacem et Taubira.

Boko Haram au Nigeria et les autorités du califat Irako-syrien annoncent ouvertement qu’ils capturent des femmes pour les vendre à des notables musulmans ou les mettre dans les bordels djihadistes où elles retrouvent quelques petites idiotes blanches fraichement converties que les « grands frères » des cités ont convaincues de s’y rendre volontairement pour le plaisir des guerriers de l’islam. Tout le monde le sait, mais nos autorités politiques et féministes traitent le sujet comme s’il s’agissait d’une charmante coutume musulmane, et madame Taubira a déclaré qu’il ne fallait pas en parler car « on n’a pas le droit de charger de ce fardeau les jeunes de nos cités« .

D’ailleurs, comme il faut excuser l’esclavage islamique pour ne pas froisser « certaines communautés », les intellectuels socialistes trouvent des mots et des périphrases issus du politiquement correct pour adoucir la dénonciation de l’esclavage actuel, comme l’expression « esclavage par ascendance », une vieille coutume ancestrale qui va de père en fils et se transmet de bouche édentée à oreille sale, alors respect s’il vous plait !

Ainsi, au Mali, « Ce phénomène, ancré depuis des siècles, est qualifié d' »esclavage par ascendance » : « La condition servile se transmet par la mère, tout enfant né d’une femme esclave le sera à son tour, quel que soit le statut de son père. » (L’Express) Donc cette charmante coutume « ethnique » et « par ascendance » ne peut être critiquée, d’ailleurs les esclaves ne sont-ils pas « assimilés culturellement » ? Si c’est « culturel », madame Filipetti ne peut, comme mesdames Taubira et Belkacem, que trouver ça très bien. « Ainsi, de génération en génération, ces enfants deviennent les serviteurs des descendants du maître. Ils sont leur propriété, à l’instar d’un animal ou d’un objet. Certes, ils sont assimilés culturellement – les Bellahs parlent tamacheq, la langue touareg ; les Harratines sont arabophones ; les Dyons connaissent le bambara***… – et vivent auprès de leurs maîtres, mais ils n’ont aucun droit. L’esclave ne possède rien, n’hérite de rien, il ne peut pas se marier librement et ses enfants peuvent lui être pris à tout moment. Il y a aussi les brimades, les humiliations, les mauvais traitements. Sans compter les coups, parfois mortels, le droit de cuissage et les viols« .

Aux yeux de nos maitres politiques actuels, les maitres esclavagistes sont musulmans, donc intouchables.

 

Maurice D.

 

*   Guerres indigènes en Océanie, éd. Dictus publishing, en vente sur Amazon

** Horreurs coloniales, Georges Clémenceau : www.heresie.com/clemenceau.htm

*** Le bambara est la langue du président malien Ibrahim Boubacar Keita

SOURCE: « article paru sur Minurne-Résistance www.minurne.fr »

0000000000000000000000000000000000000000

– Le commandement général de l’armée: Stabilisation de la ville de Mleiha et des fermes périphériques à Ghouta-est
– Découverte d’une cache d’armes des terroristes à Darayya dans le banlieue de #Damas
– Neutralisation de terroristes dans de nombreuses zones à Alep et à Homs
– Convoi humanitaire vers les banlieues nord et ouest d’Alep
– Liban: Qahwaji: Le nombre des soldats libanais disparus lors de l’opération militaire à Ersal s’élève à 20
– Irak: Opérations de l’armée irakienne contre des terroristes de l’Etat islamique EIIL dans plusieurs régions
– Palestine: Les forces de l’occupant mènent des raids sur Gaza et violent la nouvelle trêve, Un jeune palestinien tombe en martyr en     Cisjordanie
– Appel téléphonique entre Poutine et Abbas sur les développements à Gaza

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Syria News 14 august 2014, Army establishes full control over al-Mleiha town in Damascus CS

0000000000000000000000000000000000

KTLA

Local civil rights leaders were planning to meet with Los Angeles Police Department officials on Thursday afternoon to discuss the fatal shooting of Ezell Ford earlier in the week.

Ford, 25, was complying with LAPD officer orders and lying on the ground when he was shot Monday evening in the Florence neighborhood of South L.A., family members told KTLA.

The department gave a different account of events, however, stating that the man had ignored police instructions, grabbed an officer and tried to remove a handgun from the officer’s holster during a violent struggle on the ground, according to an LAPD news release.

Ford was identified by his mother, Tritobia Ford, who told KTLA the family was seeking justice for her son.

A cousin added that Ford had been shot in the back.

While LAPD still has not confirmed that Ezell Ford was the man shot and killed during an…

Voir l’article original 377 mots de plus

T.I.G.R.

International Expert Commission, investigating the crash of the Malaysian Boeing flight MH17 in Ukraine, has stopped its work. The reports will be late and the investigation itself is getting stranger and stranger?

ukr_boeing_mh17-wreckage

Apparently, the experts have not been able to collect the wreckage and investigate the remaining parts, and without this procedure it is very unlikely that the earlier expressed version of the missile and gunfire attack to the plane will be ?proven convincingly.?

Participants of the International Commission spent two weeks sitting fruitlessly in Kiev. The planned trips to the crashed site are postponed every time for security reasons. Many of the experts eventually asked to return home. On Thursday, August 7, it was decided that the Commission shall leave Ukraine. According to the official version ? due to the completion of the ?first stage of searching.?

The management of the commission did not specify when and how participants…

Voir l’article original 1 192 mots de plus

Secrets of the Universe

Last facts to the murder

Malaysia Airlines, MH17 Amsterdam – Kuala-Lumpur  17. juni 2014.

I have found on the Internet (in posted news of Yahoo) a remarkable script with photos, which pictures contain more evidences of the destroying of flight MH17. On the pictures of the debris parts discovered some traces of machinegun bullets, which marked out on the cockpit picture by red circle. Based on the pictures it is almost certain that there they were gave shots at the flight MH17 – before destroyed by the missile(s). At first glance, caliber 25-35-mm of machine-gun bullets traces are visible in the pictures. Two holes on the cockpit debris – those was  targeted shootings -, and one on the unidentifiable, silver debris

Cockpit2

maláj gép4

maláj gép5

maláj gép1

By the moment of tragedy, there were detected a SU-25 fighter airplane – without any identification signal, but believed with good reason, that was an Ukrainian fighter – near to…

Voir l’article original 174 mots de plus