Israël-Hamas: « une succession d’erreurs tragiques » par Arad Nir

Publié: 23 juillet 2014 dans 1 - Revue de presse - Journaux télévisés - Videos, Gaza, Israël, Palestine, Réflexions, Société
Tags:,

ARAD Arad Nir est journaliste spécialisé dans les Affaires étrangères et commentateur international pour la chaîne israélienne « Channel 2 ».

Il couvre la politique turque et les relations israélo-turques.

Deux semaines après le début de la confrontation militaire entre les Forces de défense israéliennes et l’organisation de résistance palestinienne Hamas, qui gouverne la bande de Gaza depuis 2007, et qui a pris le contrôle sur la vie des 1,8 million de Palestiniens qui s’y trouvent après un coup d’État militaire, il est maintenant largement admis que le Hamas s’est jeté dans cette confrontation car il était dans une situation économique et politique désespérée qui ne lui laissait rien à perdre.

Néanmoins, la perception en Israël lorsque l’opération terrestre a commencé la semaine dernière était que le Hamas était en train de perdre, et l’évaluation la plus modeste affirmait qu’il n’y avait pas de gagnant clair. Cette hypothèse est fondée sur le fait que jusqu’à ce moment, le barrage continu de centaines de roquettes qui sont lancées quotidiennement sur tout Israël non seulement n’a pas causé de pertes en vies humaines ou en dommages substantiels, mais aussi peine à perturber la routine quotidienne jusqu’à une certaine mesure. Aussi le commandement militaire du Hamas ne peut pas produire de « Scènes de Victoire » comme ils les appellent.

Des sources turques qui ont accès aux délibérations diplomatiques qui sont menées entre les représentants d’Ankara et du Hamas affirment néanmoins que la situation sur le terrain est tout le contraire. Apparemment, disent-ils, le Hamas est dans un état d’euphorie. Le fait qu’ils parviennent à attaquer l’ensemble d’Israël, atteignant aussi bien Dimona (où se trouve la centrale nucléaire présumée d’Israël) que Tel Aviv et conduisant des millions de «sionistes» dans les abris est perçu à Gaza comme un succès majeur.

Cette sensation augmente même aujourd’hui puisqu’ils réussissent à continuer à tirer leurs roquettes aussi loin alors qu’Israël a pénétré sur leur sol. Pour eux, il ne s’agit plus de “scènes de Victoire » mais de scènes divines. C’est pourquoi, selon ceux qui sont en contact direct avec les représentants du Hamas, ce dernier ne renonce pas. Ils ont rejeté l’initiative égyptienne, jugée «humiliante» et ont présenté en outre des conditions maximalistes. Selon la perception du Hamas, cette fois ils ne devraient pas manquer cette «occasion en or» pour obtenir toutes leurs demandes. Israël intensifie quant à lui prudemment sa politique militaire avec des objectifs définis très modestes. Néanmoins son approche diplomatique est encore minimaliste.

Aujourd’hui, après le tribut qu’a exigé l’incursion à Gaza, les décideurs en Israël ont atteint un stade où des “Scènes de Victoire » sont devenues essentielles ici aussi, que ce soit sur le champ de bataille ou à la table des négociations. Aussi, dans les conditions actuelles, revenir aux conditions du cessez-le-feu de 2012, que rejette le Hamas, sera considéré ici comme une victoire. Israël est convaincu qu’il est possible de faire pression sur le Hamas de plus en plus jusqu’à ce qu’il succombe. Cela peut être vrai. Néanmoins, à un prix très cher. Non seulement en vies humaines des deux côtés, mais en délégitimation internationale aussi.

D’autre part le contexte dans lequel cette confrontation a été déclenchée fut une occasion en or pour changer le paradigme entre Israël et le Hamas. Netanyahou devrait offrir des concessions économiques et politiques réservées et rester ferme quant à la demande de défense et de démilitarisation. Le Hamas devrait offrir des concessions militaires en échange d’exigences économiques et politiques importantes. Il n’est pas nécessaire que les parties se reconnaissent mutuellement, mais « l’acceptation mutuelle temporaire » pourrait être plus facile à digérer.

Mais tant que la lutte se poursuit, un buzz continu de pseudo négociations donne la fausse impression qu’il existe une solution diplomatique en vue. Comme pour prouver que ce n’est qu’une illusion, le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius, en visite en Israël ce week-end, a déclaré que «non seulement l’appel à un cessez-le feu n’a pas été entendu, mais les deux parties semblent désireuses de renforcer leur opération ».

L’une des principales erreurs attribuées à Israël, c’est qu’il n’a pas d’autre médiateur crédible au Hamas. L’Egypte a perdu sa position avec le Hamas et la Turquie a perdu sa position à la fois avec l’Egypte et Israël. Le Qatar a des leviers économiques et médiatiques. Mais ses leviers diplomatiques sont presque nuls. Pourtant, ce n’est le pas le seul mauvais calcul.

En essayant d’imposer un cessez-le feu manqué, les Egyptiens ont à tort calculé l’effet de levier qu’ils avaient sur le Hamas et ont perdu toute crédibilité. En accueillant le président de l’autorité palestinienne Mahmoud Abbas la semaine dernière, le gouvernement de Turquie a pensé à tort qu’il peut encore prendre une part active. En évitant d’envoyer son secrétaire d’Etat John Kerry dans la région, le président Obama pense qu’il peut gagner du temps.

Israël pense à tort que le Hamas est sur ​​le point d’être vaincu par sa puissance militaire et le Hamas pense à tort qu’il a la main haute.

Une tragédie en cours.

SOURCE:http://www.i24news.tv/fr/opinions/37999-140723-israel-hamas-une-tragedie-en-cours

0000000000000000000000000000000000000

 

commentaires
  1. salimsellami dit :

    En tout état de cause, les palestiniens n’ont rien de plus à perdre surtout si l’on sait qu’ils ont tout perdu avec ce blocus inhumain !

    J'aime

Répondre à salimsellami Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s