A ceux dont on dit qu’ils sont les miens

Publié: 1 juillet 2014 dans Informations générales, Réflexions

histoireetsociete

10quand on se tait quand on assassine un peuple, femmes , enfants vieillards sous prétexte qu’Israël n’est pas dans le coup ou pire encore qu’il a des intérêts ailleurs, du côté des assaillants, que peut-on attendre de commisération devant l’assassinat indigne de trois enfants?

La barbarie qui s’accommode de la mort des enfants a commencé dans le silence de beaucoup sur l’Ukraine et sur ceux qui ont jadis défendu les enfants juifs… je ne cesse de vous le dire mais en vain… ai-je assez souffert de vos discussions futiles devant le meurtre de masse qui se poursuit là où le siècle précédent a saigné… que dire sinon que je plains de tout cœur les malheureux parents et que je dis que rien, aucune politique ne justifie la mort des enfants… mais quand l’appliquerez vous à l’humanité et pas seulement à une communauté… Ma propre souffrance qui me permet de ressentir…

Voir l’article original 186 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s